EnglishFrenchGerman

Le sacre de Simon Edition Actualités

 

Une semaine après l´envolée de la bande à Guy Forget en finale de la Coupe Davis, la France est de nouveau sur le devant de la scène aux Arènes de Metz. Après Arnaud Clément en 2003, Jérôme Haehnel en 2004 et Gaël Monfils l´an dernier, Gilles Simon est le quatrième joueur tricolore à inscrire son nom au palmarès de l´Open de Moselle où il semblait maudit avec quatre défaites au premier tour en autant de participations.

C’est donc la belle histoire de la semaine. D’autant plus qu´il disputait son premier tournoi depuis sa récente paternité. Le Niçois de naissance n´a pas volé son sacre. Loin s´en faut. Il a démontré une belle régularité tout au long de ses cinq matchs, montant progressivement en puissance. Flamboyant face à Philipp Kohlschreiber, ce samedi, il a fait de même en finale face un adversaire qu´il ne lui avait pourtant par le passé jamais réussi, l´Allemand Mischa Zverev, vainqueur de leurs deux seules confrontations. C´était sur terre battue en 2009. Une autre surface, une autre époque. Il était alors à la recherche de son meilleur tennis et demeurait tracassé par des problèmes récurrents au genou. C´est désormais de l´histoire ancienne, et il s´est attelé à le prouver. On a même retrouvé parcimonie le joueur exceptionnel de 2008, sa grande année, où il se payait le luxe et surtout le scalp de Rafael Nadal et Roger Federer avant de terminer à la septième place mondiale. Mischa Zverev, issu des qualifications, n’a pu que constater les dégâts et le renouveau de "Gilou". Et dire que ce dernier ne devait pas être là au préalable. Simon a en effet profité du forfait de dernière minute de Jo-Wilfried Tsonga pour rentrer directement grâce à la règle de la «substitution». L’Allemand, déjà demi-finaliste cette saison à Marseille, n’a pas manqué l’occasion offerte dans un tableau décanté par les forfaits successifs de Michaël Llodra, Gaël Monfils et Richard Gasquet, malade, pour se hisser sur la dernière marche. Mais celle-ci était trop haute pour lui.

Simon dépasse Santoro dans l´histoire

Dans des Arènes pleines à ras bord, surchauffées et à fond derrière lui, Gilles Simon se procurait les première balles de break lors du quatrième jeu. Mischa Zverev, décomplexé malgré sa première grande finale dans la cour des grands, ne s’en laissait pas compter et les sauver grâce à sa patte gauche (2/2). Ce n’était que partie remise pour le Français, plus solide sur les longs rallyes du fond du court. Il s’emparait de la mise en jeu de son adversaire sur sa quatrième opportunité (4-2). Grâce à ses 2es et 3es aces, il confirmait dans la foulée son break, écartant au passage une balle de débreak (5/2). Il concluait en 36 minutes la première manche (6/3) sur un service gagnant, la nouvelle arme pour le 41e joueur mondial. Il a spécifiquement travaillé dans ce domaine lors de son inactivité et cela porte ses fruits aujourd´hui.

Régulièrement transpercé au filet, le 155ème joueur mondial se montrait plus régulier à l´entame du deuxième acte. Mais ce qui devait arriver arriva. Gilles Simon, réglé comme une horloge sur les passings et tout simplement trop fort, s´emparait de nouveau du service de son adversaire pour faire la course devant (4/2). La messe était dite. Après une heure et sept minutes de promenade et un dernier jeu blanc, le papa du petit Timothée pouvait lever le bras. Il remporte cette huitième édition de l´Open de Moselle sur le score sans appel de 6/3 6/2 et reçoit le trophée du rugbyman international français, Morgan Parra, né à Metz. Après Michaël Llodra à Marseille et Eastbourne, ainsi que Richard Gasquet à Nice, Gilles Simon est le troisième Tricolore à glaner une épreuve cette saison sur le grand circuit. Il décroche aussi et surtout son premier tournoi quasiment un an jour pour jour après celui de Bangkok et sa deuxième épreuve sur le sol français après l´Open 13 de Marseille, le septième au total. Il rentre ainsi un peu plus dans l´histoire du tennis français en occupant seul la quatrième place des Bleus les plus titrés en simple derrière Yannick Noah (23), Guy Forget (11) et Henri Leconte (9). Surtout, il devance d´une unité Richard Gasquet et… Fabrice Santoro. Un symbole. 
 

Déclarations des joueurs :

Mischa Zverev (finaliste de cet Open de Moselle) : "Je félicite Gilles pour ce titre, ainsi que pour son bébé. Je veux remercier mon père et mon frère. Celui-ci m´a suivi tout au long de la semaine. Je veux remercier tous les organisateurs, tous les partenaires et évidemment le public. Je me sens bien en France. J´y joue bien."

Gilles Simon (vainqueur de cet Open de Moselle) : "C´est toujours difficile de perdre une finale. J´espère que tu reviendras dans le top 100 rapidement. J´ai perdu ma première finale en Espagne contre Nicolas Almagro sur le même score (6/3 6/2) avant de gagner les cinq suivantes. J´espère que l´histoire se répétera pour toi. Je tiens à remercier ma femme, ma mère et Thierry (Tulasne). Nous nous sommes battus toute l´année pour revenir. Merci beaucoup pour tout le travail. Je remercie les ramasseurs, le public et les organisateurs, car mon fils devait naître demain. Ils ont accepté que je joue après le forfait de Jo-Wilfried (Tsonga). Ce tournoi était parfait pour moi. C’est le premier titre pour mon petit bonhomme. Je suis venu ici avec ma fiancée, mon petit bonhomme. C’est la première fois qu’il venait. Comme quoi, tout est compatible»J’étais extrêmement tendu, nerveux. Une finale en France, un adversaire que, même s’il m’avait battu deux fois, j’étais censé battre. J’ai eu du mal à me relâcher. Je me suis mis un peu trop de pression mais j’ai réussi à rester concentré jusqu’au bout ".

Arnaud Demmerlé

Les autres actus

Afficher les publications de :

Mentions légales

-

Plan du site
EnglishFrenchGerman
Logo Moselle Open - Moselle Open - tournoi de Tennis ATP 250

Inscrivez-nous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir
les dernières nouvelles concernant le Moselle Open !

Merci ! Votre inscription est active !