''J'ai aussi besoin du public'' Edition Actualités

Gilles Simon porte avec Richard Gasquet les derniers espoirs d’un nouveau succès tricolore aux Arènes. Après deux tours globalement maîtrisés, le vainqueur de l’Open 13 de Marseille en 2007 monte d’un cran avec le Belge Xavier Malisse. Plutôt satisfait de son tennis du moment, il n’espère pas s’arrêter en si bon chemin.

Que s’est-il passé lors du deuxième set de votre match d’hier contre le Néerlandais Igor Sijsling (6/1 6/7 6/3) ?
Gilles Simon
: «Je ne sais pas pourquoi mais j’ai commencé le match crispé. J’étais tendu et j’ai dû faire face en plus immédiatement à une balle de break. Après, je déroule pour remporter le premier set. Je prends à nouveau son service d’entrée dans le deuxième, et puis le match se complique sans que je comprenne vraiment. Je m’agace car je n’arrive pas à concrétiser. Je sens que je suis au-dessus de lui, mais je n’arrive plus à faire la différence. Je ne suis du coup plus très serein. Je me bats contre lui mais un peu contre moi-même aussi, finalement je perds le gain du set. C’est dur à avaler au regard de la physionomie de la partie. Finalement, je m’en sors et c’est l’essentiel».

Son comportement vous a-t-il aussi agacé ?
Gilles Simon
: «Son attitude est assez étrange. Il n’exprime pas grand chose. Il peut faire un coup gagnant ou une faute directe, son comportement ne change pas. Il est assez déroutant, mais sent très bien le jeu».

On a retrouvé sur certaines séquences du grand Gilles Simon…
Gilles Simon
: «Je me sentais dominateur. J’avais de bonnes sensations malgré un peu de fatigue. J’ai encore trop de parasites qui grippent la machine. On voit vraiment la différence quand je suis en confiance ou non».

Au contraire de Gaël Monfils ou Jo-Wilfried Tsonga, vous n’êtes pas un showman. Vous nourrissez-vous quand même du public ?
Gilles Simon
: «Je le sens quand il est derrière moi et vice-versa. Même si je ne le montre pas, je m’en sers. Il peut me porter quand j’en ai besoin. Il peut aussi me frustrer ou m’agacer quand il est contre moi».

Place maintenant à Xavier Malisse…
Gilles Simon
: «C’est un joueur talentueux, l’un des plus doués de sa génération. Il n’a pas forcément eu la carrière qu’il aurait méritée pour x raisons. Il a plus de maîtrise, plus d’expérience que mes deux premiers adversaires. On le connait maintenant depuis un petit moment sur le circuit. Je l’ai déjà battu (Ndlr : Stuttgart 2008), mais cela ne veut rien dire. On va tenter de passer».

Propos recueillis par Arnaud Demmerlé

Les autres actus

Afficher les publications de :

logo partenaire
Mentions légales - Plan du site
Logo Moselle Open - Moselle Open - tournoi de Tennis ATP 250

Inscrivez-nous à notre newsletter

Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir
les dernières nouvelles concernant le Moselle Open !

Merci ! Votre inscription est active !